Mal de dos : La vérité que l'on vous cache!

PRÉJUGÉ # 2

Les émotions ne provoquent pas
de changement physiologiques


Des expériences faites aux États-Unis ces dernières années, contredisent ce second préjugé.

En médecine traditionnelle, les patients souffrant de douleur au cou, au dos et aux muscles fessiers doivent leur état de fait à une variété d'anomalies structurelles de la colonne vertébrale, à de l'arthrite, à une mauvaise posture, au manque d'exercices ou autres choses de ce genre.

Pour les douleurs aux jambes ou aux bras, un pincement des nerfs en serait la cause. Pourtant, comment ces anomalies arrivent à causer la douleur reste toujours flou.

Ces expériences de traitement sur les patients (ce sont vraiment des expériences) sont frustrantes et déprimantes, impossible de prévoir à l'avance le résultat.

Si ceci ne fonctionne pas, on essaiera cela.

D'autre part, il arrive souvent que la douleur ne corresponde pas avec l'anomalie structurelle. Par exemple, une personne a une hernie discale lombaire sur le côté gauche et la douleur ressentie est dans la jambe droite.

Des expériences répétées démontrent l'évidence que les muscles du cou, des épaules, du dos et des fessiers sont les premiers tissus concernés. En second lieu, les tendons et les nerfs sont également mis en cause.

Il est démontrés que les facteurs émotionnels sont responsables des douleurs dorsales ressenties par l'être humain. En résumé, un traitement physique traditionnel n'est pas logique et pratiquement inutile.

Cette découverte est une véritable révolution pour tous ceux et celles qui souffrent de douleurs chroniques.

Cette découverte est une véritable révolution pour tous ceux et celles qui souffrent de douleurs chroniques.

L'expérience a montré que la seule manière de réussir de façon permanente à traiter ces douleurs, étaient d'enseigner aux patients à comprendre ce qu'ils ont et comment y faire face.

L'ennui, c'est que la très grande majorité, pour ne pas dire la totalité des médecins ignorent ce concept et tant qu'il ne sera pas validé par des expériences scientifiques à grande échelle (ce qui n'est pas demain la veille) aucun changement ne pourra s'opérer dans cette sacro-sainte médecine.

 

 

L'expérience a montré que la seule manière de réussir de façon permanente à traiter ces douleurs, étaient d'enseigner aux patients à comprendre ce qu'ils ont et comment y faire face.